Rechercher

L'UNIVERS DES CHAMPIGNONS

Un univers sous les pieds


Si vous fréquentez le parc du Mont-Bellevue, vous avez sûrement déjà vu des champignons. En fait, la partie visible des champignons, souvent sous forme de pied portant un chapeau, se nomme le sporophore. Or, le monde des champignons est bien plus vaste qu’il ne paraît. Le sporophore ne constitue que l’appareil reproductif particulièrement développé de moins de 10% des espèces du règne des Fungi. L'appareil végétatif des champignons correspond quant à lui au mycélium, un réseau de filaments qui s’enfonce dans le sol ou dans le bois vivant ou mort. Ces filaments, les hyphes, sont généralement invisibles à l’œil nu et peuvent s’étendre dans un très grand volume de sol..



Les mycorhizes


Le mycélium de nombreuses espèces de champignons forme des mycorhizes. Le mot mycorhize se décompose en myco et rhiza, deux termes grecs qui signifient respectivement champignon et racine. En effet, les mycorhizes sont des associations symbiotiques entre les champignons et les racines des plantes; elles bénéficient aux deux parties. Puisque le vaste réseau d’hyphes du champignon est mis à la disposition de la plante, celle-ci voit sa capacité d’absorption des minéraux essentiels augmenter. La plante jouit également d’une meilleure résistance aux maladies des racines. Le champignon, quant à lui, retire les glucides nécessaires à son alimentation directement de la plante, en évitant la compétition avec les microorganismes.


Il existe deux types de mycorhizes : les endomycorhizes et les ectomycorhizes. Chez les endomycorhizes, les hyphes du champignon pénètrent à l'intérieur des parois cellulaires de la racine et y forment des structures, les arbuscules, dont l’allure s’apparente à de petits arbres. Chez les ectomycorhizes, les hyphes ne pénètrent pas à l’intérieur des parois cellulaires de la racine. Ils se développent plutôt entre les cellules de la racine, formant un réseau de Hartig. Les hyphes des ectomycorhizes enveloppent également la racine en formant un manteau, le manchon mycorhizien. Les ectomycorhizes modifient la morphologie de la racine, qui peut former des nodules, par exemple. Les échanges entre la plante et le champignon se déroulent au niveau des arbuscules (endomycorhizes) ou du réseau de Hartig (ectomycorhizes).


Les endomycorhizes colonisent près de 80 % des plantes vasculaires terrestres, tandis que les ectomycorhizes en colonisent moins de 5%. Au Canada, le taux de développement des ectomycorhizes est particulièrement élevé; la plupart des forêts y sont dominées par des arbres formant des ectomycorhizes.

Lors de votre prochaine randonnée au Mont-Bellevue, prenez un moment pour apprécier le monde invisible sous vos pieds.



Références bibliographiques


- L’Encyclopédie canadienne. (2013). Mycorhize. https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/mycorhize


- McNeil, Raymond. (2019). Le grand livre des champignons du Québec et de l’est du Canada. Éditions Michel Quintin.


- Mousain, D., Matumoto-Pintro P., & Quiquampoix, H. (1997). Le rôle des mycorhizes dans la nutrition phosphatée des arbres forestiers. Revue forestière française. https://doi.org/10.4267/2042/5676


- Nabors, Murray. (2008). Biologie végétale: Structure, fonctionnement, écologie et biotechnologies. Pearson Education France.


- Wikipédia. (2021). Macromycète. https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Macromyc%C3%A8te&oldid=187550090