Rechercher

L'influence de la lumière sur les insectes


Que ce soit pour parader, communiquer, se défendre ou s’orienter, les insectes ont besoin de lumière. Les processus biologiques qui les régissent sont influencés par le cycle jour-nuit. Certains en produisent à travers la bioluminescence, d’autres la reflète de manière diffractée. Quoi qu’il en soit, les insectes sont tous touchés par la lumière. Au parc du Mont-Bellevue, on peut trouver des exemples de toutes ces interrelations.


Une fois le soir venu, des lucioles (coléoptères, lampyridae) émettent de la lumière par bioluminescence, soit par un processus physico-chimique. « D’abord, il faut savoir que cette lumière est produite par une chaîne de réactions dont l’oxydoréduction (réaction de substances au contact de l’oxygène). » (Guillemet, 2016) La lumière produite sert à la communication pour la reproduction qui se fait à la noirceur et indiquerait également aux prédateurs qu’elles ont mauvais goût.

D’autre part, parmi les nombreux insectes volant dans les airs au Mont-Bellevue, se trouvent quelques espèces de lépidoptères (lepidoptera). Ces petites créatures sont mieux connues sous le nom de « papillon ». Le jour, il est fréquent de croiser la route d’un papillon Morio lors d’une balade en sentier. Plusieurs formes et couleurs s’observent sur ses ailes lorsqu’elles sont déployées. Selon l’angle depuis lequel il est regardé, on peut percevoir un changement de teinte des petits points bleus qui ornent son dos. C’est un phénomène d’iridescence : les couleurs perçues sont issues d’un jeu de lumière. Les fines écailles sur leurs ailes influencent la manière dont la lumière est reflétée.


Morio / Mourning Cloak Butterfly (Nymphalis antiopa)

Ce papillon diurne a une espérance de vie d’une longévité exceptionnelle, soit de 10 à 11 mois.


Comme le Morio, la Cicindèle à six points, une espèce de coléoptère, projette la lumière de façon iridescente. La lumière diffractée sur ses élytres (ailes durcies) prend d’autres couleurs que celles présentes dans les pigments. Ce phénomène optique qui fait voir des reflets jaunes ou verts sur son dos ou qui crée une impression arc-en-ciel sur une bulle de savon.


La lumière influence également le cycle circadien des insectes. Les moustiques et les papillons de nuit que l’on peut voir tournoyer autour des lampadaires dès le coucher du soleil sont influencés par le cycle lumineux. Par exemple, la nuit, au mont Bellevue, voltigent des papillons lune. Ces lépidoptères nocturnes sont génétiquement programmés pour s’orienter avec la lumière réfléchie par la lune et les étoiles. L’ajout de lumières artificielles extérieures peut les confondre et les faire dévier de leur trajectoire car la lumière exerce également un certain pouvoir d’attraction sur ces papillons. C’est un phénomène de phototaxie « positive » (une phototaxie est « négative » lorsque l’individu est répulsé par la lumière). Les papillons lune sont particulièrement touchés par le rayonnement ultraviolet. En tournant en rond, ils peuvent s’épuiser et être plus visible aux yeux des prédateurs.


Papillon lune / Luna Moth (Actias luna)

Ces papillons nocturnes sont reconnaissables par leur taille de 8,5 à 11 cm d’envergure et leurs douces couleurs pastel.


Avec le projet d’Oasis de ciel étoilé, le parc du Mont-Bellevue devient un endroit plus paisible pour la faune nocturne, comme ces insectes. Éteindre les sources lumineuses non utilisées, éclairer vers le sol d’une couleur ambrée avec des ampoules à faible intensité permet de réduire la pollution lumineuse et d’améliorer leur qualité de vie. Le parc devient alors un lieu où coléoptères et papillons produisent, reflètent ou se laissent guider par la lumière jour et nuit.



Références


Boa, A. et Letendre, F. (2016, 17 mars). Nymphalis anthiopa (Linné 1758). http://qmor.umontreal.ca/nymphalis-antiopa-linne-1758/


Butterflies and Moths of North America. (2022). Mourning Cloak Nymphalis antiopa (Linnaeus, 1758). https://www.butterfliesandmoths.org/species/Nymphalis-antiopa


Conservatoire d’espaces naturels Midi-Pyrénées. (s.d.). Le papillon de nuit – hétérocère. https://www.cen-mp.org/gimp/papillons-de-nuit/


Guillemet, J. (2016, 31 octobre). Lumineux coléoptères. http://qmor.umontreal.ca/lumineux-coleopteres/


Hertzberg, R. (2018, 11 octobre). Pourquoi certains insectes sont-ils attirés par la lumière? National Geographic. https://www.nationalgeographic.fr/animaux/2018/10/pourquoi-certains-insectes-sont-ils-si-attires-par-la-lumiere


Ouimet, C.-A. (2013, 29 octobre). La bioluminescence : quand la vie a besoin de la nuit. https://www.sepaq.com/parcs-quebec/blogue/article.dot?id=dc70b8f5-e124-4137-bf38-6cfc163fce49


Roby, J. et Aubé, M. (2021). Une oasis de nuit étoilée. https://www.oasisnuitetoilee.org/


Ville de Montréal. (2022). Cicindèle à six points. Espace pour la vie. https://espacepourlavie.ca/insectes-arthropodes/cicindele-six-points


Ville de Montréal. (2022). Le papillon lune. Espace pour la vie. https://espacepourlavie.ca/insectes-arthropodes/papillon-lune


**Les photos ont été prises par Justin Lauzon et Olivia Dumais, agents de sensibilisation au parc du Mont-Bellevue.